Hier et demain, ici et ailleurs

par l'auteure Vanessa Terral

« Récits de voyage au pays de l’Émoi »

Le samedi 1er septembre est sorti un webzine qui me tient particulièrement à cœur. Il se compose de quinze poèmes allant du sonnet à l’haïku en passant par la prose poétique. La contrainte était simple : faire de l’érotique élégant.

Télécharger le PDF : cliquer [ici]

Voilà plusieurs années, dans ma grande époque du fanzinat, j’avais entamé la création d’un recueil de poèmes érotiques pour une association qui s’en était fait une spécialité. Nos chemins se séparèrent avant que le projet n’ait pu aboutir. Je me retrouvais donc avec une dizaine d’œuvres, souvent légères et amusantes, parfois plus sérieuses, qui avaient pour double contrainte un érotisme plus coquin que cru et le voyage, les paysages, les régions de France et pays étrangers. Je ne sais plus exactement pourquoi j’ai choisi d’entremêler ces deux thèmes. Peut-être parce que la découverte de l’autre prenait tout son sens pour moi à cette période, peut-être afin de jouer de ce lieu commun métaphorique? Je pourrais aussi prétendre que je reprenais là une conception sacrée du monde tel que le voit le shinto, par exemple. Mais je n’en étais pas encore là dans ma démarche d’auteur.

Déjà à l’époque, j’étais une lectrice assidue des publications de l’association L’Armoire aux épices, qu’il s’agisse de leur fanzine Piments & Muscade ou de leur webzine Vanille givrée. Je leur avais envoyé des micronouvelles pour leur « Graines de sésame » annuelle (publiées dans les Vanille givrée n°6 et 9), ainsi que deux nouvelles (dont une qui a été retenue et publiée)… et maintenant, je me présentais à leur seuil les bras chargés de ce projet étrange et à moitié réalisé. Mais les filles n’ont pas eu froid aux yeux et Emma, en particulier, s’est jetée dans l’aventure!
Merci à elles toutes, merci à Emma d’avoir résisté aux épreuves et aux abandons…  🙂

Parce qu’il y en a eus! Deux illustrateurs ont été intéressés avant de partir vers d’autres horizons, la discussion à peine entamée. Ce projet devenait mon projet maudit. Puis Caroline / Nynaeve est arrivée. Elle, elle était photographe et passionnée de voyages. Il faut dire qu’elle avait couru dans plusieurs coins de la Terre! Et qu’elle s’apprêtait à déménager au Québec… Encore un retard, mais cela n’avait plus d’importance : cette fois-ci était la bonne! Et, effectivement, Nynaeve ne nous a pas lâchées, malgré sa nouvelle vie et ses soucis.
Merci à elle.  😉

Eh bien voilà, il ne restait plus qu’une personne à bousculer un peu : moi.
Le projet et la plupart des poèmes avaient plu à l’équipe de L’Armoire aux épices, mais pas la totalité des œuvres. De plus, leur nombre n’était pas suffisant pour proposer au téléchargement un ouvrage un peu consistant. Je me remis donc au travail, ayant un peu mûri et recevant pour consigne de me laisser aller au « souffle », à l’inspiration qui coule afin de proposer quelques textes en prose poétique. Ainsi sont nés Éire, Papa et Rangi, ou encore On la dit « Petite Mort ». Mais je ne mis pas totalement de côté la forme contrainte, comme le prouvent Ophélie sauvée des eaux et Pleine, ou encore Faroudja, Âme du désert et le Paysage mauve. La thématique de la mythologie et des légendes, qui entre-temps était devenue ma source d’inspiration principale et préférée, trouva là encore son expression.

Ce projet m’a suivi durant des années. Je vois en lui la fraîcheur de ma jeunesse d’écrivaine comme de femme et la sensibilité plus forte et construite de celle que je suis à présent.
Je mets ce webzine aux superbes images entre vos mains, sous vos yeux. Et m’en remets à votre cœur.